Jump to content

All Activity

This stream auto-updates     

  1. Earlier
  2. Forum de l’habitation de la ville de Québec - Dix grandes idées proposées par les membres de l’industrie immobilière pour intensifier la Ville de Québec Québec, le mercredi 12 juin 2019 – Dans le cadre du Forum sur l’habitation de la ville de Québec, l’Institut de développement Urbain (IDU) propose 10 grandes idées à la ville de Québec pour l’intensification et le développement de la ville autour du réseau structurant de transport en commun... Source: IDU: Forum de l’habitation de la ville de Québec
  3. Bonjour tout le monde, j ai utilisé mes talents pour produire une vidéo extraordinaire sur le phare de Québec, car je raffole de ce projet. J'espère que vous allez l aimer.😊🇨🇦
  4. Montréal a construit la tour Ville-Marie de 47 étages dans les années 70, qui à l'époque était le plus haut de la province... Maintenant Montréal est 10x plus dense qu'avant l'érection du bâtiment.. ca prend toujours un projet "Phare" pour donné un élan et une vision du quartier pour le futur... de plus le Tramway va favoriser la venue de plusieur projets immobilier (Y'en as déjà un en construction juste à côté de Laurier Québec... et perso y'a riens de plus laid qu'un skyline au niveau... ca prend un édifice "phare" et plusieur bâtiments de hauteur différente pour avoir un skyline qui ne jure pas... Le projet est privé et il n'y a aucune raison qu'il ne se construise pas, tout est accepté il leur manque juste le permis de construire ce qui au dernière nouvelles est prévue pour être émis durant l'été... C'est une commande du maire.. un genre de Leg.. croyez moi il sera construit...
  5. voici le nouveau rendu du bâtiment...
  6. My bad... ou j'avais la tête. Je voulais dire un hôtel!
  7. Un aéroport sur un aéroport? Comment on fait ça? 😁
  8. Yep! J'ai entendu récemment que l'aéroport veut construire un aéroport sur ses terrains, à suivre!
  9. J'ai le sentiment que ce dossier est sur la bonne voie pour être réglé très prochainement!
  10. Pas mal ! Et avec l'arrivée du nouveau PDG, j'ai l'impression qu'on peut être optimiste pour l'avenir 🙂 Il était le vice président de l'aéroport de Calgary et y a occupé différents postes pendant près de 20 ans.
  11. 800 millions $ pour le tramway de Québec: Valérie Plante prête à considérer une offre, si c’est un «très bon deal» ELSA ISKANDER Mercredi, 29 mai 2019 15:59MISE À JOUR Mercredi, 29 mai 2019 15:59 Pressée par le gouvernement Legault de céder 800 millions de dollars pour un tramway à Québec, la mairesse de Montréal s’est dite disposée, mercredi, à étudier une offre éventuelle, mais uniquement à condition qu’elle soit très intéressante pour les Montréalais. «Si Québec est prêt à nous faire une offre qui est intéressante, on va être ouverts. Mais pour l’instant, il ne faut pas déshabiller Jean pour habiller Jacques. Au contraire, il faut que ça soit une offre qui va être vraiment intéressante pour les Montréalais et Montréalaises en matière de transport collectif», a dit Valérie Plante. Le gouvernement québécois souhaite que Montréal cède 800 millions de dollars du fédéral qui lui reviennent, pour compléter le financement du tramway souhaité par la Ville de Québec. «J’ai parlé [mercredi] matin avec Mme Plante et, ce qu’on dit, c’est qu’actuellement, les 5,2 milliards de dollars du gouvernement fédéral... Il y a des projets qui sont plus proches du déboursé que d’autres et on ne voudrait pas laisser de l’argent sur la table», a pour sa part expliqué le premier ministre François Legault en début de matinée, en mêlée de presse. Selon lui, «les gens de Montréal ne vont rien perdre». Valérie Plante assure que ce ne sont pas les projets de transport qui manquent à Montréal. «En ce moment, les 800 millions de dollars, je sais quoi faire avec, j’ai assez de projets à être financés au niveau du transport collectif pour [les] utiliser entièrement», a-t-elle indiqué. L’offre, qui n’est pas encore sur la table selon la mairesse, devra être «un très bon deal», sans impact financier négatif. «Je suis une joueuse d’équipe, je l’ai prouvé à maintes reprises. J’ai eu plusieurs discussions avec Régis [Labeaume], puis, tous les deux, on a envie de travailler ensemble pour trouver une solution. Ceci étant dit, il ne faut pas que ça se fasse au détriment des Montréalais et Montréalaises.» Le gouvernement fédéral prévoit une enveloppe de 5,2 milliards de dollars sur 10 ans pour les infrastructures de transport québécoises, distribués ensuite par Québec aux municipalités selon certains critères, comme la population et l’achalandage. https://www.journaldemontreal.com/2019/05/29/800-millions--pour-le-tramway-de-quebec-valerie-plante-prete-a-considerer-une-offre-si-cest-un-tres-bon-deal – Avec la collaboration de Marc-André Gagnon
  12. Après l'opération de Labeaume, il n'y aura peut-être plus d'érection du monument 📍 ?
  13. + 3.2% en avril. https://www.aeroportdequebec.com/fr/a-propos/statistiques
  14. Même s’il n’a pas encore obtenu le feu vert environnemental pour son projet de terminal de conteneurs, le Port de Québec vient de signer une entente de 775 millions $ avec l’opérateur Hutchison Port et le CN. L’administration portuaire en a fait l’annonce par communiqué mardi matin, puis lors d’une conférence de presse à laquelle participaient les chambres de commerce de Québec et Lévis, ainsi que Québec International, mais en l’absence des partenaires financiers et des gouvernements. Annoncé à l’origine pour un budget global de 400 millions $, le projet fait un bond majeur à 775 millions $, notamment en raison de l’apport du privé et l’utilisation de nouvelles technologies vertes. Le projet appelé jusqu’à maintenant Beauport 2020 change de nom par la même occasion. Il se nomme dorénavant Terminal Laurentia. «On ne pouvait espérer meilleur scénario», s’est réjoui le PDG du Port de Québec, Mario Girard. «Le plus grand opérateur de terminaux au monde qui s’allie au plus grand transporteur ferroviaire nord-américain, les deux choisissent Québec.» Cela en fera «un des plus importants projets privés non résidentiels jamais réalisés à Québec», a-t-il indiqué. M. Girard n’a cependant pas voulu préciser le montage financier, se limitant à dire que le projet sera «très majoritairement financé par des capitaux privés». La contribution des gouvernements supérieurs est toujours «en discussion» et permettra selon M. Girard «d’agir comme effet de levier» L’annonce de mardi permet de «formaliser le projet», indique l’APQ. Toutefois, le projet n’a toujours pas obtenu le feu vert de l’Agence fédérale d’évaluation environnementale. Le processus est en cours depuis 2015. Mardi, le Port a finalement fourni les renseignements qui restaient en suspens dans sa réponse à la demande d’information de l’Agence du 24 avril 2017. Les investisseurs Hutchison Ports et le CN sont au courant des démarches en cours, a assuré Mario Girard, et sont «habitués» à ces étapes nécessaires. «On a confiance d’obtenir les autorisations, mais on ne peut pas présumer de ça.» Hutchison Ports compte maintenant dans son réseau mondial 52 ports situés dans 27 pays. C’est l’opérateur qui sera chargé de construire les installations de manutention portuaires qu’on promet «les plus vertes et technologiques de toute l’Amérique du Nord». Le Port ambitionne d’avoir le terminal de conteneurs avec la plus faible empreinte écologique au monde. «Avec son port en eau profonde complètement intermodal, son emplacement stratégique en vue d’atteindre le marché du Midwest américain et le grand soutien de la part des autorités locales, le projet de Québec possède tous les atouts pour réussir dans ce marché hautement prometteur», a déclaré par écrit Eric Ip, directeur général du groupe Hutchison Ports. De son côté, la compagnie ferroviaire CN a vanté par voie de communiqué l’expérience de Hutchison. «Hutchison est un opérateur de conteneurs de classe mondiale et nous sommes convaincus que nous nous associons à un groupe qui saura contribuer à la réussite du projet », a fait savoir J.-J. Ruest, président-directeur général du CN. «Improvisation» Cette annonce a été reçue très froidement par les groupes verts, qui crient à l’«improvisation». Selon Christian Simard, de Nature Québec, l’entente «ne rend pas un projet inacceptable plus acceptable. C’est un projet enclavé dans une ville, qui va demander l’empiétement de 72 terrains de football dans un endroit à haute biodiversité, dans l’habitat d’une espèce protégée par la loi fédérale.» M. Simard souligne que le projet «n’enlève rien à la pollution de Limoilou et des quartiers centraux avec le vrac à ciel ouvert». «C’est tellement un projet improvisé qu’ils ont dû changer le nom pour enlever la date butoir du projet. On passe du projet Beauport 2020 à Laurentia, sans date de tombée parce qu’ils ne peuvent pas nous garantir que ce projet ira de l’avant», a commenté Alice-Anne Simard, directrice générale de Eau-Secours. Ce à quoi le PDG du Port, Mario Girard, a répondu que le projet était loin d’être improvisé. Si l’APQ a au départ soumis à l’agence d’évaluation environnementale un «scénario hypothétique» de terminal qui contiendrait du vrac solide, du vrac liquide et des conteneurs, c’était pour que «l’ensemble des impacts environnementaux potentiels» soit évalué. De son côté, le Groupe d’initiatives et de recherches appliquées au milieu (GIRAM) souligne que deux ans après l’annonce du projet de terminal de conteneurs, «le Port n’a toujours pas un seul client à annoncer». «Si Mario Girard nous annonçait que le port vient de conclure avec un premier véritable grand armateur mondial, les Maersk, CMA CGM, MSC, Hapag-Lloyd, ceux qui desservent les marchés internationaux du conteneur, on pourrait dire que oui, c’est peut-être sérieux. Mais cette «entente» avec Hutchison Port, c’est comme un engagement formel de retenir les services du grutier si, le cas échéant, le projet en vient à démarrer», a souligné le président du groupe, Pierre-Paul Sénéchal. L’Association des employeurs maritimes, qui s’était prononcée contre le projet de Beauport 2020 en 2018, n’a pas souhaité réagir mardi à l’annonce de l’entente. La Fédération des Chambres de commerce et les Armateurs du Saint-Laurent ont tous deux donné leur appui au projet. Projet Terminal Laurentia Nouveau nom pour Beauport 2020 Manutention de 500 000 conteneurs (équivalant 20 pieds) par année Prolongement de 610 mètres de la ligne de quai actuelle Aménagement d'un terrain de 17 hectares Hutchison Ports Opérateur de terminal Présent dans 52 ports situés dans 27 pays Première présence en Amérique du Nord Manutentionne chaque année 85 millions de conteneurs, soit 11 % du trafic mondial Source: https://www.journaldequebec.com/2019/05/28/une-entente-de-775-m-pour-beauport-2020
  15. YQB a enfin mis des stats à jour pour 2019... On est loin de la croissance de YUL avec environ 1% de croissance moyenne par mois. Passenger Traffic – 2019 Main Terminal January 1.5% February 0.5% March 1.5%
  16. Pour continuer dans le même sens que darthreun, l'autoroute Dufferin-Montmorency mériterait un aménagement comparable à celui du boulevard Champlain.
  17. 15 mai 2019 Mis à jour à 22h24 Le C.A. de l’Université Laval appuie la construction de 200 logis sur le campus BAPTISTE RICARD-CHÂTELAIN Le Soleil Cette fois sera-t-elle la bonne? Après l’enterrement de plusieurs projets de nouvelles résidences sur le campus de l’Université Laval, le conseil d’administration de l’institution vient de donner son appui à la construction d’un immeuble de quelque 200 logements notamment destinés aux couples et aux familles. Un projet évalué (pour l’instant) à 40 millions $. «Depuis les 10, 15, dernières années […] il y a eu plusieurs moutures d’un projet similaire qui n’ont pas abouti», convient la porte-parole et responsable des relations avec les médias, Andrée-Anne Stewart. Cette fois, le dossier serait mieux ficelé : l’édifice d’environ 6 étages pousserait sur le stationnement de l’intersection des rues de la Médecine et de l’Agriculture. «Ça va être situé au cœur du campus.» «Si toutes les étapes vont bien, se déroulent bien, nous on vise l’automne 2022 pour la réalisation de ce projet.» L’édifice serait alors construit et les locataires pourraient y emménager. «On espère que ce sont des étudiants provenant des régions et de l’international qui vont s’intéresser à cette offre-là», souligne Mme Stewart. Car un des objectifs est d’accroître l’attractivité de l’institution auprès des universitaires étrangers. Ceux-ci débarquent parfois avec un conjoint et des enfants, mais ne peuvent s’établir sur le territoire de l’université. «Il n’y a pas d’offre qui peut répondre à ces besoins.» Les 2300 chambres actuelles construites entre 1955 et 1970 sont plutôt destinées à l’habitation en solo. Le projet compte, en outre, l’aménagement d’«espaces de vie étudiante» au rez-de-chaussée afin de «dynamiser le campus». Même si tous les fils ne sont pas encore attachés, l’administration universitaire évalue sommairement qu’il lui en coûtera quelque 40 millions $ pour mener à bien l’entreprise. Une facture entièrement autofinancée, sans subvention gouvernementale, assure Andrée-Anne Stewart. Ni ponction dans les poches des étudiants : «Non, [ils] ne contribueront pas au financement du projet de construction des logements.» Déjà le «feu vert»… en 2009 Le rêve de lieux d’habitation supplémentaires n’est pas neuf. Le conseil d’administration de l’ancienne équipe de direction avait d’ailleurs dit «Oui» à un projet comparable en mai 2009, rapportait Le Soleil. Le titre : «Feu vert aux nouvelles résidences.» Mais le souhait ne s’est pas concrétisé. L’équipe de la rectrice Sophie D’Amours a repris le bâton de pèlerin en indiquant dans son plan stratégique 2017-2022 vouloir finalement arriver à construire le pavillon. Collaboration avec la CADEUL La Confédération des associations d’étudiants et étudiantes de l’Université Laval (CADEUL) participera à l’élaboration des «espaces de vie étudiante» dans la nouvelle bâtisse, confirme le conseiller politique et attaché de presse, Simon La Terreur. En 2014, les membres de la CADEUL avaient refusé par référendum de payer une partie des 70 millions $ nécessaires à l’érection d’un «Quartier de la vie étudiante» incluant des logements et des lieux de rencontre. En 2017, les étudiants avaient cependant consenti à maintenir une cotisation de 5 $ pour le développement éventuel d’un «centre de la vie étudiante», nouveau pavillon qui pourrait accueillir des locaux d’étude, des lieux de rencontre, un café… un peu comme ce qui est prévu au rez-de-chaussée du futur édifice de 200 logements approuvé par le C.A. mercredi soir. La CADEUL caresse en outre un projet de coopérative d’habitation. L’Université a toutefois refusé, fin 2018, que celle-ci soit construite sur ses terres. Gageons, par ailleurs, que l’Association des parents-étudiants de l’Université Laval (APÉtUL) sera aussi très intéressée par le projet. Celle-ci réclame depuis belle lurette des résidences familiales sur le campus.
  18. Il y a ca de nouveau : https://www.journaldequebec.com/2019/05/03/quebec-leglise-saint-cur-de-marie-menace-de-seffondrer
  19. Très très cool. Merci @Franks, tes vidéos sont toujours très bien réalisées 🙂
  20. Une vidéo que j'ai faite de l'Autoroute Robert-Bourassa (A740) dans les deux directions.
  21. Merci Thomas pour les photos!
  22. Merci pour la tournée, Thomas!
  23. Conodos locatifs Avancement du projet le 22 avril 2019 IMG_20190422_174444 by Thomas B, sur Flickr IMG_20190422_174655 by Thomas B, sur Flickr IMG_20190422_174537 by Thomas B, sur Flickr
  24. Projet de condos locatif Voici l'avancement du projet en date du 22 avril 2019 IMG_20190422_175351 by Thomas B, sur Flickr IMG_20190422_175214 by Thomas B, sur Flickr
  1. Load more activity
×
×
  • Create New...

Important Information